Jacques Dau

 

Jacques Dau – hommage à un hommage

 

voir la vidéo

« Boby Lapointe n’est pas un chanteur. Il est beaucoup plus que ça, d’ailleurs, il ne chantait pas, il s’en débarrassait pour faire ce qui lui plaisait vraiment : écrire !
Et pourtant, il est plus qu’un chanteur : toute la langue française est dans ces chansons. Cette langue qui nous permet à la fois, dans la même phrase, de nous comprendre, de ressentir une grande émotion et d’avoir le sentiment d’entendre une langue étrangère.
C’est ça, qui lui plaisait ! Alors, curieux, j’ai lu ! Il se trouve que ce qui lui plaisait m’a plu.
Plus je lisais, plus ça m’a plu ! Plus ça me plaisait, plus je lisais ! J’ai tout lu, tout m’a plu ! De plus en plus ! Alors comme j’aurai tout le temps de faire ce qu’on me dit de faire, là où il faut le faire, avec qui, comment, et pourquoi le faire, je profite de ce moment de liberté, ce tout petit moment pour faire,
à mon tour, comme lui, ce qui me plaît. »

Jacques DAU

 

LA PRESSE…

Découvert lors de chroniques régulières dans « le Fou du Roi » sur France Inter, avec son alter-ego Jean Marc Catella, on le retrouve ici dans un nouveau spectacle dans ce même univers loufoque des mots ou l’absurde est érigé en art absolu.

LA REVUE DU SPECTACLE

Jacques Dau nous entraîne une fois de plus dans cet univers absurde qu’il affectionne particulièrement, ces situations vertigineuses où la parole, le sens et le contre sens des mots sont maîtrisés à la perfection.  Excusez moi du peu !

LE PETITE NICOIS

Rebondissant de jeux de mots en humour absurde, cet adepte du non- sens se livre à un exercice verbal des plus virtuoses et des plus jouissifs.

TELERAMA

Il embarque les spectateurs sur une pente vertigineuse pour ne plus les lâcher. On rit beaucoup, admiratifs devant ces détournements de phrases et ce décorticage de la langue. Du grand art.

LE PARISIEN

Jacques Dau part à l’aventure des mots, le public ne résiste pas et plonge avec plaisir dans une re-création du langage sans cesse revisité. A ne rater sous aucun prétexte.

LA MARSEILLAISE